Navigation du forum
Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :ForumActivités: TrailL'autoroute du kif
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

L'autoroute du kif

6h30. Laruns est à peine agitée.

La fraîcheur alerte les corps, direction Fabrèges. Aucune voiture garée sur le petit parking après le pare-avalanche. La place est libre. Nous entamons doucement, en marchant, le raidillon qui conduit, en sous-bois, à la cabane de Chérue. Les yeux se décollent enfin, la foulée trouve peu à peu son rythme. Le paysage s'ouvre après le bois, le sol frais d'humus humide laisse apparaître des tapis de fleurs colorées. Deux battements d'ailes. Nous prenons le temps d'admirer cette vue imprenable depuis le col Lavigne. De nombreuses hardes d'isards nous observent perchées sur les hauteurs. On aperçoit les jeunes de l'année. Puis c'est parti pour une descente jusqu'au lac de Bious. Le parking déborde déjà. De nombreuses tentes. De nombreux groupes entament la montée vers le refuge d'Ayous. L'air se charge d'odeurs de déodorants, de maquillage, de cigarettes, de parfums. Nous remontons une à une les longues processions qui vont toutes s'agglutiner finalement au même endroit. L'eau d'Ayous est fraîche, la vue toujours aussi magique. Les lacs sont nos guides. Puis nous plongeons sur la cabane Cap de Pount. Les bergers ont commencé l'installation hier. Pour l'heure, une équipe de fêtards qui se remettent tranquillement d'une soirée chargée sous les étoiles. Nous profitons de l'eau dispo ici, précieuse. Le pente s'élève alors de nouveau, sévère. Le Pic apparaît de nouveau. Encore un autre profil. Au col de l'Iou, pause le cul dans l'herbe. Le vent est appréciable. Au loin, le ballet des bagnoles a repris. Promesses d'alcool, de clopes et de pétrole enchantent de nouveau les touristes à explosion climatique. Nous déroulons à flanc. Pombie nous offre l'Ossau, de nouveau. L'eau du lac est un trésor. Sur un bord, serviettes de plage et...parasol sont de sortie. Le refuge devient destination. Les pratiques se transforment, les codes s'exportent. Nous avalons goulument le vallon de Pombie, pour nous laisser glisser, repus, ivres du défilement des sentes, ivres d'espace. Le bitume après le cailloux nous ramène au moelleux de la voiture et nous transporte devant une mousse fraîche, et un copieux repas.

L'Ossau, et ses profils, encerclés de nos pas, au rythme cadencé, d'une course partagée.

[35k-2000d+/ deux-trois photos ici. ]