Navigation du forum
Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :ForumActivités: Ski de randonnéeAccidentologie : une première ana …
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Accidentologie : une première analyse pour le ski de randonnée

Lire l'article : Accidentologie : une première analyse pour le ski de randonnée (montagnes-magazine.com)

Extrait : 

Aspirante guide de haute montagne et alpiniste de pointe, notamment encordée à Lise Billon, Maud Vanpoulle est également doctorante en accidentologie des sports de montagne auprès de la fondation Petzl. Son objectif : dégager des pistes de prévention concrètes à partir des récits de retour d'expérience (REX ou RETEX) de la base SERAC, plateforme de partage d’expériences d'accidents et d'incidents en montagne hébergée par Camptocamp.org.

Après une première analyse dédiée aux activités rocher haute montagne et terrain d’aventure, et une deuxième à l'alpinisme en neige, glace & mixte et à la cascade de glace, Maud s'est attelée au ski de randonnée.

Au printemps 2020 (30/03/2020), la base SERAC comportait 335 récits concernant les activités se rapprochant de l’alpinisme, c’est-à-dire le rocher haute-montagne ou terrain d’aventure, l’escalade en grandes voies, les terrains en neige glace ou mixte, la cascade de glace et le ski de randonnée. Les autres récits rapportent des évènements liés à l’escalade d’une longueur (62), la randonnée (18), le parapente (2) et le VTT (1).

Cent soixante-deux récits concernent le ski de randonnée comme activité principale de la sortie, soit 48% des récits d’alpinisme dans SERAC (n=335). Le ski de randonnée est de loin l’activité la plus renseignée dans la base SERAC. Cette dernière comprend le ski de randonnée sans accès mécanique, le ski de montagne assisté par une remontée mécanique et complété par une remontée en ski de randonnée et le ski par gravité, c’est-à-dire totalement permis par une remontée, dans un environnement de haute-montagne où l’itinéraire n’est plus balisé à partir du moment où l’on quitte les infrastructures.

[...]

J'ai trouvé l'article très intéressant.

J'ai été étonnée de la statistique suivante : 65% d’avalanches surviennent à la descente

 

Rien de surprenant : la pression sur le manteau neigeux exercée par un skieur à la descente peut être 8 fois supérieure à celle exercée à la montée par le même skieur.